Le Kimono Chinois

Bien qu'il soit communément considéré comme un vêtement traditionnel japonais, le kimono tire en fait ses origines de la Chine. Avant la dynastie Qing, le vêtement traditionnel était un Hanfu, composé d'une tunique attachée avec une ceinture, une jupe et une longueur atteignant les genoux. L'émergence du Hanfu est souvent liée au premier Empereur chinois Huangdi, également connu sous le nom d'Empereur Jaune, et à son épouse Leizu.

Le Hanfu était souvent fait de soie, avait une belle apparence et signifiait également la position de l'individu.

kimono chinois

Hanfu 

Le terme kimono est un terme japonais qui signifie "chose à porter" et qui s'inspire des vêtements chinois de l'époque. Le kimono chinois, lorsqu'il est noué autour de la taille, est solidement fixé à l'aide d'une ceinture ou d'un foulard. Ces ceintures ou foulards sont souvent ornés de pompons ou d'autres ornements décoratifs.

Les pompons sont souvent de couleur rouge ou dorée : les couleurs porte-bonheur de la Chine. Les pièces de jade sont également souvent utilisées comme ornements sur un kimono chinois.

Kimono chinois

À l'origine, le kimono chinois était un vêtement unisexe, ce qui signifie qu'il était porté de la même façon par les hommes et les femmes. Au fur et à mesure de l'évolution des styles, le vêtement est devenu plus spécifique au genre : un homme portait un pantalon sous son kimono, tandis qu'une femme portait une jupe avec le sien. Les kimonos féminins ont commencé à comporter des coutures et des broderies ornées. Le kimono chinois était alors destiné à flatter la silhouette de la femme.

 Le kimono, qu'il soit porté par un homme ou une femme, est un vêtement très stylisé. Dans sa forme la plus originale, il y avait un code distinct à suivre par la personne qui le portait. Par exemple, le col croisé devait toujours être porté de gauche à droite en diagonale. On considérait que cela portait malheur à la personne qui le portait lorsque le code vestimentaire n'était pas strictement respecté. Le kimono lui-même était destiné à n'atteindre que les genoux de la personne qui le portait. Ce respect des normes strictes en matière de longueur indiquait la grande classe de la personne qui le portait, car seules les personnes de la classe supérieure pouvaient s'offrir un vêtement parfaitement ajusté.

kimono japonais

Traditionnellement, les boutons n'étaient pas couramment utilisés sur le kimono. Si un bouton était utilisé, il était caché à l'intérieur du vêtement et servait simplement à fixer le vêtement afin qu'il ne s'ouvre pas une fois la ceinture ou le foulard noué.

Les boutons utilisés étaient petits et étaient généralement fermés par une petite boucle de soie cordée. Cette fermeture était fabriquée de manière à ne pas tirer ou froncer la partie visible du vêtement, car elle était destinée à donner l'impression d'un vêtement sans couture et sans défaut.

Le kimono chinois était et continue d'être un vêtement très stylisé. Autrefois porté uniquement par la classe supérieure chinoise, il est aujourd'hui un choix commun pour les gens du monde entier. Aujourd'hui, il est plus souvent porté par les femmes que par les hommes. On constate même un retour du hanfu chez les jeunes générations. En effet, de plus en plus d’étudiants portent le kimono chinois pour, d’une part leurs beauté et d’autre part renouer avec leurs cultures perdues pendant les années de communisme.

Kimono japonais

Le kimono occidental 

Le kimono asiatique, qu’il soit japonais ou chinois, a beaucoup influencé l’Occident à tel point qu’il existe désormais un tout nouveau genre de kimono : le kimono occidental.  L’occident a toujours beaucoup admiré la mode nippone et chinoise et s’en est inspiré pour différents objets de mode tels que les tongs qui viennent des sandales japonaises. Il en va de même pour le kimono occidental. Il n’a plus rien de l’habit traditionnel de cérémonie dont il est inspiré, mais correspond, en Occident, plutôt à un pyjama chic et confortable ou à une tenue du dimanche élégante.

kimono occidental

Le kimono occidental est alors généralement en satin ou en soie de manière à procurer un toucher doux et agréable, noué d’une ceinture à la taille et décoré de motifs.

Bien qu’il soit largement moins complexe que son père oriental, le kimono d’Occident ressemble au kimono traditionnel en cela qu’il possède une coupe croisée ou en cache-cœur, une ceinture et des manches évasées généralement trois quarts.


Laissez un commentaire